Les différents types de prêts

Simulateur Crédit Immobilier
Obtenez le meilleur taux pour votre projet immobilier. Nous nous engageons à vous recontacter sous 24h.


> Mon étude gratuite
  • Les différents types de prêts
    • Prêt immobilier classique

    Le prêt classique est un prêt immobilier généralement proposé pour des opérations immobilières importantes, plus le montant est élevé plus la durée de remboursement va être longue.

    Ce crédit immobilier n’est pas réglementé, et peut être utilisé notamment pour l’acquisition d’un logement, d’un terrain ou d’une résidence secondaire, mais aussi pour le financement de travaux sur une propriété.
    Il vaut mieux prévoir, avant, ce qui peut vous arriver. C’est pourquoi il faut vous renseigner au préalable sur vos droits en cas de problème (report de mensualité, coût..).

    Au lieu de négocier avec votre banquier, faites appel à un courtier en prêt immobilier et obtenez des conditions de crédit immobilier bien plus favorables à votre situation.

    L’établissement bancaire transmet par courrier une offre de prêt immobilier au particulier qui disposera alors d’un délai pour l’accepter ou non.

    • Prêt immobilier P.A.S.

    Le Prêt à l’Accession Sociale (PAS) a été institué pour favoriser l’accession à la propriété des ménages aux revenus modestes. Le prêt immobilier PAS est utilisé pour l’acquisition d’une résidence principale.

    Le Prêt à l’Accession Sociale (P.A.S) est un prêt immobilier réglementé.

    Il est accordé par une banque ou un établissement financier ayant passé une convention avec l’État pour financer la construction ou l’achat d’un logement, avec ou sans travaux d’amélioration.

    Il est remboursable avec intérêts et peut financer jusqu’à l’intégralité du coût de l’investissement immobilier.

    • Prêt immobilier conventionné

    Le prêt conventionné est un prêt immobilier destiné à financer :
    – L’achat d’une résidence principale (c’est-à-dire que l’on occupe au moins 8 mois de l’année) ;
    – Un investissement locatif, à condition que le logement soit la résidence principale du locataire.

    Le prêt conventionné permet à son bénéficiaire de construire une maison individuelle, d’acquérir un logement neuf ou ancien, d’effectuer des travaux d’amélioration, de réhabilitation ou d’agrandissement, de financer une opération de location-accession ou de soulte (partage) et d’acheter sous le régime de l’indivision.

    Il est important de noter que l’obtention d’un prêt conventionné dépend de nouvelles conditions de ressources du ou des demandeur(s) depuis le 1 juin 2011.
    L’obtention de l’APL, à laquelle il ouvre droit, est aussi conditionnée par les revenus du foyer.

    • Prêt immobilier à taux zéro

    Le prêt à taux zéro (PTZ) est un prêt immobilier instauré par l’Etat pour favoriser l’accession à la propriété . Les intérêts sont pris en charge par l’Etat, sans frais de dossier, pour l’achat d’une première résidence principale. (réservé aux personnes n’ayant pas été propriétaires de leur résidence principale depuis au moins deux ans).

    Le montant du prêt et les conditions de remboursement qui vous sont accordées prennent en compte plusieurs critères comme :
    – le niveau de revenu ;
    – le nombre d’enfants ;
    – la performance énergétique ;
    – l’emplacement géographique ;
    – son état neuf ou ancien.

    Ce logement doit être neuf, mais peut cependant être ancien à condition qu’il soit vendu par un bailleur social à ses occupants.

    Le PTZ+ complète d’autres prêts et ne peut pas financer plus de la moitié de l’achat du logement.

    Il ne peut y avoir qu’une seule demande de PTZ+ par ménage.

    L’application gratuite www.developpement-durable.gouv.fr (fichier PDF de 35 pages)  vous permet de savoir si vous êtes éligible au prêt à taux zéro + et de connaître le montant du prêt et les conditions de remboursement auxquels vous pouvez prétendre.

    Ce fichier contient de nombreux chiffres et de nombreux exemples pour pouvoir comparer l’ancien prêt à taux zéro et le nouveau PTZ + de 2012.

    • Prêt in fine

    Le crédit in fine ou (amortissement à terme) est très particulier. Le remboursement de la totalité du capital ne s’effectue que sur la dernière échéance. Toutes les autres échéances ne servent qu’à payer des intérêts (et les assurances).
    Cette formule de crédit immobilier est utilisée, principalement, dans le cadre de financement d’investissement locatif. Cela permet ainsi d’augmenter les intérêts, et par conséquence, de réduire les revenus fonciers.
    Les banques accordent seulement des crédits in fine en contrepartie d’un placement d’un montant significatif ou de la constitution d’une épargne dont le solde final servira à rembourser le crédit. Le plus souvent, le placement utilisé sera une assurance-vie et la banque en exigera un nantissement à son profit.

    On trouve aussi ces crédits pour le financement de son logement principal, mais, c’est plutôt rare. Néanmoins, pour ceux qui ont les fonds nécessaires, le montage d’un prêt in fine et d’une assurance-vie peut être avantageux pour bénéficier du crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunts immobiliers.

    Attention, faites très attention avec cette formule. Elle présente souvent un taux d’intérêt attractif mais vous ne remboursez rien. Dans un an ou dans dix ans, vous devrez toujours la même somme à votre banquier. Son usage est réservé aux emprunteurs avertis.

    • Prêt lissé ou à paliers

    Le prêt lissé, également appelé prêt à paliers, offre la possibilité à une personne ayant plusieurs prêts en cours de rembourser la même somme tout au long de la durée du prêt immobilier sollicité, et donc de ne plus avoir d’écarts de remboursement chaque mois. 

    Le prêt lissé vient s’adapter aux différents prêts en cours, en particulier à leur durée : il agit par paliers, en fonction des dates de fin de chaque prêt, d’où le second nom du prêt lissé : le prêt à paliers.

    • Prêt à échéance modulable

    Le prêt modulable est un crédit immobilier qui offre à son souscripteur la possibilité de modifier ses remboursements. Une catégorie de contrat que l’on rencontre essentiellement dans le crédit immobilier. Il permet à l’emprunteur une réelle souplesse d’utilisation. Celui-ci peut décider d’augmenter ou de baisser le montant de ses échéances, de reporter une ou plusieurs mensualités voire d’effectuer des remboursements anticipés. La quasi-totalité des établissements bancaires proposent cette possibilité pour les prêts immobiliers, qu’ils soient à taux fixe ou à taux variable.

    En cas de coup dur ou d’amélioration, temporaire ou durable, de sa situation financière, l’emprunteur peut alors adapter ses conditions de remboursements ou réduire le coût de son crédit.

    • Prêt à taux variable

    Le crédit à taux variable (ou révisable) est un prêt immobilier dont le taux d’intérêt évolue avec le temps (en général à date anniversaire), selon les modalités du contrat. Ce changement de taux entraîne l’ajustement de la mensualité pour conserver la durée de remboursement, et suivant ses modalités, la mensualité ainsi que la durée.